"Ecrire fait partie des moyens pour accroître sa confiance en soi"

-

"L’écriture s’expose au regard de l’autre, encore faut il accepter ce regard étranger "

"L’écriture est un acte complexe sur le plan neurologique qui fait entrer en jeu la motricité globale du corps et la motricité fine de la main" 

"Rééduquer l’écriture, c’est

Structurer la pensée,

Structurer la personnalité,

Faire naitre le sentiment,

Communiquer,

Transmettre. "

 

   Si j'ai envie de me présenter à vous c'est telle que je suis, une mère de famille qui a six enfants et qui depuis la naissance de mon aîné, il y a vingt et un ans, n'a eu de plus grand bonheur que de les observer grandir, apprendre, soucieuse de les choyer, protéger, responsabiliser, éduquer. Vingt et une années passionnantes et qui m'ont tant appris.

 

   J'ai, grâce à mes enfants, pu côtoyer de près le milieu scolaire, public comme privé. La rencontre avec leurs enseignants fut déterminante pour moi, dans des écoles différentes, des classes différentes, et dans des contextes différents car de mon aîné à mon plus jeune tout a changé dans la façon d'aborder l'enfant et dans le choix des priorités éducatives. 

 

   Il y a quatre ans, j'ai senti qu'un de mes enfants n'était pas à son aise devant son 

écriture, il ne la trouvait pas à son goût. C'était la première fois qu'un de mes enfants exprimait une telle gêne et je me sentais désemparée. J'ai cherché comment l'aider, ai fréquenté les papeteries spécialisées pour trouver le stylo idéal, ai tenté de l'aider tout à fait pratiquement dans la formation de ses lettres. Mais tout cela ne semblait pas remédier à son problème, qui ne concernait d'ailleurs ni sa vitesse d'écriture, ni sa lisibilité et aucune crampe ne semblait le paralyser. 

 

   Et puis un jour, il y eut la rencontre avec une personne attentive : 

"Écoutez, il y a une graphothérapeute dont j'ai la carte, allez la voir... "

"Une graphothérapeute ?"

 

   Une graphothérapeute... j'étais perplexe.

 

   Et voilà comment allait naître une passion et en ce qui me concerne une vocation professionnelle. J'ai commencé, comme chacun l'aurait fait par me pencher sur les sites Internet pour y glaner des réponses à mes questions, puis ai accompagné mon fils chez la graphothérapeute. Quelques séances réduisirent très visiblement son malaise. Elle avait su distinguer la difficulté de la relation à l'acte écrit d'une dysgraphie plus caractérisée. 

 

   Deux problématiques, je l'apprendrai plus tard, souvent liées voire conséquentes l'une de l'autre.

 

   Je me suis vite aperçue que c'était la rééducation des enfants qui m'intéressait, me captivait. J'ai alors plongé dans le monde de la graphothérapie proprement dite.

 

M.A.